La Campagne

La Campagne

mardi 08 nov. 2016 - 20h00 - Espace Bernard-Marie Koltès - Théâtre du Saulcy - Grande salle

Représentation de « La Campagne », pièce de Martin Crimp, mise en scène par Catherine Javaloyès, présentée par la Cie Le Talon Rouge ( Strasbourg )

Martin Crimp est né le 14 février 1956 à Dartford dans le Kent en Angleterre, il poursuit des études à l’université de Cambridge, jusqu’en 1978.

Ses premières pièces sont créées à L’Orange Tree Theatre de Richmond puis, au Royal Court. No one sees the Video (1990), Getting Attention (1991), The Treatment (1993), Attempts on her Life (1997), The Country (2000) et Face to the Wall (2002). Cette dernière pièce courte, traduite Face au mur et mise en scène par Hubert Colas à La Colline en 2008, avec Whole blue sky [Ciel bleu ciel] et Fewer Emergencies [Tout va mieux]. Plus récemment, il a écrit The City (2008) et In the Republic of Happiness (2012).

Martin Crimp est un connaisseur de la littérature française qui a traduit Genêt , Molière et Ionesco et deux pièces de Bernard Marie Koltès : Roberto Zucco (1997) et Combat de nègres et de chiens (1997).

Ses pièces sont traduites et jouées dans de nombreux pays d’Europe, notamment en Allemagne. Philippe Djian est le principal traducteur de ses pièces en français dont l’Arche Editeur a publié la plupart et plus récemment : La Campagne (2002), Into the Little Hill (2006), La Ville (2008), La Pièce et autres morceaux (2012), Dans la République du bonheur (2013), Tendre et cruel (2014)...

La Campagne (2002) est un huis clos où un couple apparemment sans histoires voit son équilibre soudain basculer par l’intrusion d’un troisième personnage.

Corinne et son époux Richard, ont quitté la ville pour la lande anglaise. Une nuit ce dernier ramène une jeune inconnue, trouvée inconsciente au bord de la route. C’est ce qu’il dit ,car peu à peu, le doute s’installe et la pièce prend le tour d’un thriller psychologique à la Harold Pinter.

Comme dans nombre de ses pièces et notamment dans La Ville (2008), dans La Campagne, Martin Crimp construit un monde en apparence banal mais qui cache des abîmes d’étrangeté, de violence et de cruauté.