Installation interactive


In the solitude of the Cotton fields[...]

In the solitude of the Cotton fields[...]

mercredi 22 oct. 2014 - 20h00 - Espace Bernard-Marie Koltès - Théâtre du Saulcy

Installation audio-visuelle interactive de Fred Dalmasso (collect-if) et Benjamin Hugues (University of Worcester) en présence des performers David Stickman Higgins et Tim Tracey et du traducteur Roger Bainees (Unversity of East Anglia)

Jauge 50 personnes (sur réservation) - tarifs : 8€ et 5€

Descriptif du projet :

Roger Baines et Fred Dalmasso ont choisi de traduire la pièce à leurs yeux la plus emblématique de Bernard-Marie Koltès pour tenter de familiariser un public anglais, qui résiste encore, à l’œuvre koltèsienne. La programmation de Dans la solitude des champs de coton au festival d’Edimbourg en 1995 est restée dans les mémoires, mais le texte était joué en français par Patrice Chéreau et Pascal Greggory. Depuis, le texte a été traduit et joué mais sans le succès qu’a pu connaître la pièce dans d’autres langues et d’autres pays. Outre les différences culturelles entre un théâtre français souvent décrit outre-manche comme un théâtre pour l’oreille et un théâtre anglais peut-être plus in yer face, Baines et Dalmasso attribuent ce manque d’engouement à la difficulté de traduire le rythme particulier de Dans la solitude des champs de coton en anglais et avancent que c’est précisément le rythme, plus que le sens, qui doit être traduit car il structure ce texte et toute l’œuvre de Koltès, de son adaptation du Cantique des Cantiques dans La Marche en passant par la mélopée syncopée de La Nuit juste avant les forêts jusqu’aux percussions existentielles d’Ali dans Prologue. Ainsi Baines et Dalmasso ont développé un système pour traduire le rythme en studio avec David Stickman Higgins, jazz-poet et performer, et Tim Tracey, performer, afin de transcrire le rythme original de Dans la solitude des champs de coton en anglais. Il s’agit de faire à la langue anglaise ce que fait Koltès à la langue française. Leur performance-installation retrace les étapes de la traduction en invitant le public à lire des passages en français afin d’en capturer le rythme et de tenter de le restituer en anglais sur le même tempo. Body-percussions, soundscape et projections vidéo complètent le dispositif de leur performance-installation.

Ce que nous proposons pour la Biennale, c’est d’ouvrir notre atelier au public pendant la journée. Les performers David Stickman Higgins et Tim Tracey seront présents et travailleront sur des passages du texte. Nous souhaitons également inviter des membres du public à lire le texte original en français dans l’espoir de recueillir une lecture du rythme ‘type’ que nous enregistrons et utilisons ensuite pour créer des plages sonores qui servent de support à la performance du texte en anglais.

En fin de journée, nous proposons une session de 45 minutes mettant en jeu tous les éléments constitutifs de notre travail, body-percussions, voix enregistrées, soundscape et installation vidéo.

In the Solitude of the Cotton Fields (performance-installation) - trailer from Collect-ifs on Vimeo.

Biogs :

Fred Dalmasso travaille en pratique comme en théorie sur les interactions possibles entre la performance, la philosophie et la politique. Il est Senior Lecturer in Drama and Performance à l’université de Worcester et l’un des membres fondateurs de collect-ifs, un groupe de performers basée à Nottingham. Outre ses recherches sur le rythme en traduction théâtrale et sur Koltès en particulier, il écrit pour le théâtre – sa récente adaptation de Someone Called Derrida de John Schad est actuellement en tournée en Angleterre, et également pour le cinéma – il vient de terminer Nowhere Near London, un film documentaire basé sur le roman autobiographique de John Schad, The Late Walter Benjamin, qui traite du relogement d’une partie de la population londonienne après la deuxième guerre mondiale et des conséquences de cet exil forcé dans l’Angleterre contemporaine.

Roger Baines est Senior Lecturer in Language and Communications Studies à l’université de East Anglia. Ses recherches portent principalement sur la traduction et en particulier la traduction théâtrale. Il est l’auteur de  'Inquiétude' in the work of Pierre Mac Orlan ( Rodopi, 2000) et co-auteur de Staging and Performing Translation: Text and Theatre Practice (Palgrave MacMillan, 2010). Il est également comédien et membre de la compagnie théâtrale Sacré Théâtre basée à Norwich en Angleterre.

Photos : En haut, David "stickman" Higgins (the dealer). En bas, Tim Tracey (The client)


In the solitude of the Cotton fields[...] (2)

In the solitude of the Cotton fields[...] (2)

jeudi 23 oct. 2014 - 20h00 - Espace Bernard-Marie Koltès - Théâtre du Saulcy

Installation audio-visuelle interactive de Fred Dalmasso (collect-if) et Benjamin Hugues (University of Worcester) en présence des performers David Stickman Higgins et Tim Tracey et du traducteur Roger Bainees (Unversity of East Anglia)

Jauge 50 personnes (sur réservation) - tarifs : 8€ et 5€

Descriptif du projet :

Roger Baines et Fred Dalmasso ont choisi de traduire la pièce à leurs yeux la plus emblématique de Bernard-Marie Koltès pour tenter de familiariser un public anglais, qui résiste encore, à l’œuvre koltèsienne. La programmation de Dans la solitude des champs de coton au festival d’Edimbourg en 1995 est restée dans les mémoires, mais le texte était joué en français par Patrice Chéreau et Pascal Greggory. Depuis, le texte a été traduit et joué mais sans le succès qu’a pu connaître la pièce dans d’autres langues et d’autres pays. Outre les différences culturelles entre un théâtre français souvent décrit outre-manche comme un théâtre pour l’oreille et un théâtre anglais peut-être plus in yer face, Baines et Dalmasso attribuent ce manque d’engouement à la difficulté de traduire le rythme particulier de Dans la solitude des champs de coton en anglais et avancent que c’est précisément le rythme, plus que le sens, qui doit être traduit car il structure ce texte et toute l’œuvre de Koltès, de son adaptation du Cantique des Cantiques dans La Marche en passant par la mélopée syncopée de La Nuit juste avant les forêts jusqu’aux percussions existentielles d’Ali dans Prologue. Ainsi Baines et Dalmasso ont développé un système pour traduire le rythme en studio avec David Stickman Higgins, jazz-poet et performer, et Tim Tracey, performer, afin de transcrire le rythme original de Dans la solitude des champs de coton en anglais. Il s’agit de faire à la langue anglaise ce que fait Koltès à la langue française. Leur performance-installation retrace les étapes de la traduction en invitant le public à lire des passages en français afin d’en capturer le rythme et de tenter de le restituer en anglais sur le même tempo. Body-percussions, soundscape et projections vidéo complètent le dispositif de leur performance-installation.

Ce que nous proposons pour la Biennale, c’est d’ouvrir notre atelier au public pendant la journée. Les performers David Stickman Higgins et Tim Tracey seront présents et travailleront sur des passages du texte. Nous souhaitons également inviter des membres du public à lire le texte original en français dans l’espoir de recueillir une lecture du rythme ‘type’ que nous enregistrons et utilisons ensuite pour créer des plages sonores qui servent de support à la performance du texte en anglais.

En fin de journée, nous proposons une session de 45 minutes mettant en jeu tous les éléments constitutifs de notre travail, body-percussions, voix enregistrées, soundscape et installation vidéo.

In the Solitude of the Cotton Fields (performance-installation) - trailer from Collect-ifs on Vimeo.

Biogs :

Fred Dalmasso travaille en pratique comme en théorie sur les interactions possibles entre la performance, la philosophie et la politique. Il est Senior Lecturer in Drama and Performance à l’université de Worcester et l’un des membres fondateurs de collect-ifs, un groupe de performers basée à Nottingham. Outre ses recherches sur le rythme en traduction théâtrale et sur Koltès en particulier, il écrit pour le théâtre – sa récente adaptation de Someone Called Derrida de John Schad est actuellement en tournée en Angleterre, et également pour le cinéma – il vient de terminer Nowhere Near London, un film documentaire basé sur le roman autobiographique de John Schad, The Late Walter Benjamin, qui traite du relogement d’une partie de la population londonienne après la deuxième guerre mondiale et des conséquences de cet exil forcé dans l’Angleterre contemporaine.

Roger Baines est Senior Lecturer in Language and Communications Studies à l’université de East Anglia. Ses recherches portent principalement sur la traduction et en particulier la traduction théâtrale. Il est l’auteur de  'Inquiétude' in the work of Pierre Mac Orlan ( Rodopi, 2000) et co-auteur de Staging and Performing Translation: Text and Theatre Practice (Palgrave MacMillan, 2010). Il est également comédien et membre de la compagnie théâtrale Sacré Théâtre basée à Norwich en Angleterre.

Photos : En haut, David "stickman" Higgins (the dealer). En bas, Tim Tracey (The client)